Accéder au contenu principal

Traversée de l'Atlantique (mai 2020)

Samedi 2 mai : Départ de l'équipage PEC de Jacaré au Brésil vers les Açores, pour un mois de traversée.

Ci dessous, un article de France 3 Occitanie (29/04)  et les derniers billets de Sandrine.

France 3 Occitanie : "Confinement : du Brésil à Sète, une famille traverse l’Atlantique en voilier"


Samedi 16 mai 2020 (#58)
Aux tendeurs sur l'Atlantique
 
Bonne nouvelle, on n'a pas choppé le COVID-19 au Brésil ! Mauvaise nouvelle, notre pilote (1) nous a lâchés au milieu de l'Atlantique. Le quatrième équipier a rendu son tablier cette semaine. Terminée la croisière s'amuse. Ciao les Tollemer et Planète en Commun. Raymond s'est barré un beau matin, sans pitié, ni préavis. Nous laissant imaginer la suite sans lui. Dans une ambiance déjà chaude après un Pot au noir (2) retord, ça a jeté un froid. Qui allait bien pouvoir barrer le voilier sur les près de 2000 milles restants à parcourir ? Avec Jean-Luc, on s'est regardé en se disant que ça ne pouvait pas être Gabriel. Nous ? Eventuellement, en cas de force majeure. Et comme personne n'est irremplaçable, on a rapidement trouvé deux tendeurs qui trainaient par là et qui pouvaient faire l'affaire. Le Luna Blu, pas bêcheur, a fait le reste. Et nous voilà depuis 850 milles sur un bateau qui avance tout droit à 6 noeuds de moyenne, barre bloquée par deux tendeurs (3). Pas classe mais efficace. Raymond dont les tarifs sont plus élévés que notre couple de tendeurs n'aurait pas fait mieux.
Bon, on n'a pas toujours fait nos malins.Et sans doute qu'à l'heure qu'il est, on rogne notre quignon de pain blanc. On a même mis plusieurs jours à s'en remettre. Déjà avant que Raymond ne claque la porte, il avait fallu se taper les caprices du Pot. Une épreuve de 72h dans la moiteur lourde des tropiques. Seuls sous un ciel immense, chargé d'un cocktail détonnant de nuages, de pluies et d'orages et le ronron du moteur sur une mer d'huile jonchée de sargasses (4) qui rend nerveux notre capitaine. Un tunnel sur l'océan dont on pense être sorti mais qui en fait n'en finit pas de se terminer. Un monstre tout gris qui barre notre route, rend folle parfois la mer, électrifie l'atmosphère et fatigue nos nerfs. Dans ce désordre dont la planète n'a pas le monopole, le passage de l'envers à l'endroit n'a pas changé grand chose. L'Equateur et le Pot semés, il ne restait plus qu'à prendre le train des alizés de Nord Est (5). En vrai, on avait encore un pied sur le quai qu'il était déjà parti, à toute allure. Un TGV pressé de se débarasser de ses passagers, ni confort, ni commercial. Un train dans lequel on pourrait presque regretter d'être montés, mais enfin bon,on avait pas d'autre choix. Adieu le passeur de rêves (6), la Croix du Sud sur fond de ciel pur, les compagnies de gentils dauphins et les lectures au coucher du soleil. La nuit, je dors avec des bouchons en plastique dans les oreilles pour ne plus entendre le Luna Blu se faire maltraiter par les vagues. Il me reste le roulis. Ca suffit amplement à mon sommeil. Et ça n'est pas fini. Quand ces cruels alyzés nous auront lâchés, on pourra
congédier nos tendeurs. Avec un vent sur l'arrière, ça ne marche plus.
Faudra se résoudre à barrer sur les 700 milles restants avant d'arriver aux Açores. Histoire d'inscrire définitivemnt cette transatlantique dans nos annales.
 
Nous sommes samedi 16 mai 2020 et il est 21h45 sur l'Atlantique Nord.
Tout va bien à bord du Luna Blu qui poursuit sa route aux tendeurs, en direction de l'ile de Horta, Archipel des Açores.
 
 
(1) Le pilote automatique est un instrument indispensable en navigation en haute mer, de surcroit en équipage restreint. Le moteur de notre pilote, controlé à Ushuaia, s'est arrêté subitement et nous ne sommes pas arrivés à ce jour à le remettre en marche. Nous avions un pilote de rechange mais nous ne sommes pas non plus parvenus à le mettre en route. Nous avons donc recherché une solution pour ne pas avoir à barrer sur une trop longue distance, ce qui à deux, aurait été difficile.
(2) Le Pot au noir est une Zone de Convergence Inter Tropicale (ZCIT) située aux alentours de l'Equateur où se confrontent les vents des deux hémisphères. Elle se caractérise par une forte instabilité météorologique, des grains orageux puissants entrecoupés de zones de calmes, et ce parfois sur plusieurs centaines de miles. Le Pot au noir a été redouté par les navigateurs d'hier et est toujours craint par ceux d'aujourd'hui car on peut y rester un long moment encalminé.
(3) Un voilier bien dessiné et qui remonte bien au près (vers le vent) peut tenir cette allure, barre bloquée si ses voiles sont réglées en
conséquence. Le Luna Blu a même pu être réglé jusqu'au vent de travers. En revanche, cette technique qui nécessite un réglage fin en permanence, ne fonctionne pas avec une allure portante (vent arrière).
(4) Les sargasses à l'origine se trouvaient dans la mer éponyme située au nord des Antilles. Désormais invasives, on les observe maintenant sur toute la ceinture tropicale de l'Atlantique nord. Elles se déplacent à la surface de l'eau par plaques dans lesquelles s'emprisonnent des déchets.
(5) Les alizés de Nord Est sont un des quatre systèmes météo rencontrés sur la traversée de l'Atlantique dans le sens Sud/Nord. Les trois autres sont : les alizés de Sud Est dans l'hémisphère Sud, le Pot au noir, et le circuit dépressionaire de l'Atlantique Nord en arrivant aux Açores.
(6) Lire le billet #57.
(7) Les alizés de Nord Est ont été forts sur le passage du Luna Blu, vingt nœuds de moyenne avec des pointes à vingt cinq et une mer agitée à forte (jusqu'à trois mètres de vagues). Si notre couple de tendeurs nous a autorisés à dormir, le bruit du voilier assailli par les vagues a été particulièrement prégnant sur cette navigation.
 

Vendredi 1er mai 2020 (#56) : 28 jours sans voir la terre (1)

 
La planète n'est plus ce qu'elle était. Mais ça, on commence à s'y résoudre douloureusement. Mardi dernier, assise à l'arrière du taxi de Bernado avec Françoise (2), le masque jusqu'aux oreilles, je me suis dit que pousser mon caddie au Carrefour de Joaò Pessoa (3) allait peut être me demander plus de vaillance que de retraverser l'Atlantique avec Gabriel et Jean-Luc. Heureusement, Carrefour avait tout prévu pour faire chuter mon niveau de stress. Après avoir vidé un flacon de gel hydroalcoolique et pris ma température, j'ai été autorisée à acheter du fromage en boite et de la farine enrichie en vitamines en évitant soigneusement cette fois-ci les produits OGM. Chouette ! Un vrai challenge qui a fait diversion. Du coup j'ai oublié de regarder si le Brésil avait aussi reçu sa livraison de masques en supermarché. Après il a fallu décontaminer tout ça et le soir à 18h j'étais encore en train de caler mes mangues et mes ananas pour qu'ils ne volent pas dans le cockpit.
Autant dire que j'étais contente que cette nouvelle journée amarrée à Jacaré (4) s'achève car chaque jour passé me rapproche un peu plus du départ. Aujourd'hui Nicolas, le patron de la marina a apporté de l'eau à notre moulin en nous disant que nous partions au bon moment (5). Bon pour nous, mauvais pour d'autres. Et ma mémoire m'a subitement rappelé les rires des enfants occupés à pécher au bout du ponton et cette mariée des tropiques photographiée samedi sous la pluie, dans les dernières lumières du soleil. Je ne savais plus si leurs visages que j'imaginais rayonnants. Ca me rassuraient ou m'inquiétaient. Les deux sans doute.
"Le vent se lève. Il est temps de vivre." Paul Valéry ne croyait pas si bien dire. Loin des chagrins des hommes, 28 jours sans voir la terre nous attendent. Une grande respiration dans le tumulte planétaire avant de l'affronter à notre tour. Un espace salutaire qui me rendra je le sais, la sensation de vivre ma vie, telle que je l'ai choisie, avec ses joies et ses peines. 28 jours lâchés sur l'Atlantique Nord. A observer les couleurs des nuages et les rides de la mer. A chevaucher l'océan en tentant d'éviter ses ruades. A compter les étoiles et à écouter le souffle du vent. 3000 milles (6) d'Odyssée supplémentaire en tête à tête avec la nature et le temps de mesurer que l'on passe d'un continent à un autre. Une occasion aussi de se sentir plus humain que jamais. Libres mais terriblement vulnérables autant qu'on peut l'être quand on est vivant. Un appareillage de plus à notre actif, forcément teinté d'un peu de nostalgie. Et la furieuse envie, en dépit de l'aventure qui touche volontairement à sa fin, qu'il soit suivi de beaucoup d'autres.
Nous sommes vendredi 1er mai 2020 et il est 18h04. Tout va bien à bord du Luna Blu qui appareillera demain pour l'archipel des Açores.
(1) Dans Cargo de nuit, Axel Bauer passe "35 jours sans voir la terre".
(2) A Jacaré, nous avons retrouvé l'équipage suisse du voilier Suditude, Françoise et Jean-Claude, rencontré en janvier dernier à Ushuaïa. Nous avons partagé, à distance, ces derniers jours passés au Brésil. Merci à eux de leur très agréable compagnie.
(3) Joao Pessoa est la ville la plus proche de Jacaré. Compte tenu de la situation, nous n'avons vu que le Carrefour et les services de l'immigration pour faire nos papiers de sortie du territoire.
(4) Un grand merci à Nicolas et Francis, les patrons de la marina de Jacaré et à leur équipe. Le service a été parfait et fait d'ailleurs de cette marina, une étape particulièrement recommandée aux navigateurs.
(5) Malheureusement, comme on s'y attendait, l'épidémie s'envole actuellement au Brésil. On ne peut que regretter le positionnement du président et être terriblement inquiet pour les populations les plus démunies.
(6) 3000 milles nautiques, c'est un voyage de presque 6000 km en voilier.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

On a tous en commun la planète

Citoyens de la Terre, navigateurs et parents d’un petit garçon, Gabriel, de 6 ans, Jean-Luc et Sandrine ont décidé de témoigner de la richesse de la planète et de ses océans en allant, en voilier, à la rencontre de leurs habitants.
Au travers de ces rencontres, de ce qu’elles vont leur apprendre sur l’état de la planète et les solutions qui sont trouvées par ses habitants, ils veulent en témoigner, et modestement apporter leur contribution à la préservation de notre bien commun.
Périple commencé le 17 septembre 2018 de Sète, il les a conduit en Méditerranée, en Atlantique jusqu’à Ushuaïa ; à bord du voilier Luna Blu, propriété de la société Carbone-free, partenaire pour ses 10 ans d’existence de cette aventure.





Petit quizz pour grande navigation (vidéo complète)

Sandrine, Jean-Luc et Gabriel se sont prêtés au jeu des questions/réponses, comme bilan d'étape de leur traversée de Sète vers Ushuaïa.

Voir la vidéo (7'45)

Vidéo réalisé par Christophe Gauthier, Sandrine Locci et Marc Trigueros (et avec l'aide de Laurent Voulzy).

15 jours portés par l'Atlantique

Il y a presque 8 mois, l'équipage du Luna Blu traversait l'Atlantique. Retour en images et en 3 épisodes sur cette étape de la navigation Sète-Ushuaia effectuée par Gabriel, Sandrine et Jean-Luc avec Planète en Commun.

Episode #3 : de Fernando de Noronha à Salvador de Bahia



Episode #2 : du passage de l'Equateur à l'archipel de Fernando de Noronha




Episode #1 : de Mindelo au passage de l'Equateur